Des cours de maquillage à la vie active.

Publié le par Channel

Et bien voilà, quand j'ai commencé les cours en octobre 2011, j'étais très impressionée par les maquilleurs professionnels qui venaient nous faire des démonstrations. Je me disais qu'un jour, moi aussi je saurais maquiller avec autant de facilité, de passion, d'envie et de créativité. Maquiller, c'est réellement tout un art, et complètement différent du petit rituel maquillage du matin.

 

Je me souviens d'une phrase d'un maquilleur : "Appliquer du fond de teint, tout le monde sait le faire. Nous, notre métier c'est de sublimer un visage, de le rendre harmonieux, lumineux".

 

Pendant plusieurs mois, on nous a enseigné des techniques, des astuces, des mariages de couleur. Tous avec passion, parfois avec plus de technique. Quel bonheur.

Au début, ça n'a pas toujours été facile. J'ai souvent eu des doutes sur ma façon de faire, j'ai souvent aussi été déçue de moi même quand je n'arrivais pas à reproduire un maquillage. Les premiers mois ont été une obsession, j'en rêvais la nuit, je me demandais "et si j'avais fait comme si ? comme ça ?", "et si j'avais utilisé ce pinceau...", je réfléchissais tout le temps. Je voulais y arriver ! Et j'allais y arriver !

Je pensais réellement que l'art de maquiller était un don et que si je n'y arrivais, c'était peut-être parce que je ne l'avais pas ? Erreur ! L'art de maquiller n'est pas un don, ce sont des techniques et de la créativité (parfois beaucoup). J'étais rassurée.

Au fil des semaines, j'ai vu ma progression face aux critiques des professeurs, aux critiques de mes autres camarades. C'est bien de corriger ses erreurs mais c'est bien aussi de savoir qu'on fait du bon travail. Ca encourage.

 

Tout ça pour dire que savoir maquiller est une chose et qu'entrer dans le milieu du maquillage en est une autre ! (Transition, transition !) Pendant notre formation, l'école nous propose des stages pour nous familiariser avec le milieu, pour pratiquer et se faire des contacts pour plus tard ! C'est quand même ça l'objectif : Entrer dans la petite famille, puisque c'est appelé comme ça.

 

Inutile de vous dire qu'au début, moi et mes pétoches on avait un peu peur de partir en stage : "et si je maquillais mal ?", "Et si on me faisait des reflexions ?", "Et si j'arrivais en retard ?", "Si je ne trouvais pas le lieux ?" (Madame la Frousse bonjour !) Et oui, pour moi, c'est comme si on allait m'envoyer toute crue dans la gueule du loup. Maquiller des gens très importants... quand on ne connaît pas le domaine, on se fait toujours des films ! Et oui, je n'allais pas m'exercer tout de suite sur des stars ! C'est logique et la réputation de l'école était en jeu. Non, mon premier stage à été dans une école...

Publié dans Maquillages

Commenter cet article